E3C premi�re, l'or, exploitation et cons�quences sanitaires.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies vous proposant des publicit�s adapt�es � vos centres d’int�r�ts.


Partie 1. La structure du cristal d’or.
L’or cristallise en r�seau cubique � faces centr�es. Les atomes d’or sont assimil�s � des sph�res rigides, tangentes entre elles, de rayon r = 144,2 pm (1 pm = 10-12 m). Les points de tangence sont situ�s sur la diagonale d’une face du cube.
1- On note a la longueur de l’ar�te du cube repr�sentant une maille. D�montrer par le calcul que a = 407,9 pm. En d�duire le volume V, d’une maille cubique en pm3.

a = 4 x144,2 / 2=407,9 pm.
V = a3 =407,93=6,787 107 pm3.
2-  Calculer, en pm3, le volume V1 d’un atome d’or.
V1 = 4 / 3 p r3 = 4 / 3 x3,14 x144,23 =1,256 107 pm3.
3- On d�finit la compacit� C d’un cristal par la relation :
C = Volume occup� par les atomes d'une maille / Volume de la maille
Calculer la compacit� du cristal d’or.
Les atomes situ�s aux sommets du cube appartiennent � 8 mailles et comptent pour 1 /8 ; il ya 8 sommets soit un atome propre � la maille.
Les atomes situ�s aux centres des faces du cube appartiennent � 2 mailles et comptent pour 1 /2 ; il ya 6 faces soit 3 atomes propres � la maille. La maille compte 4 atomes.
C = 4 x1,256 / 6,787 =0,74.

Partie 2. Cons�quences sanitaires de l’exploitation d’or.
4- Expliquer l’origine cellulaire des sympt�mes pr�sent�s par les individus fortement expos�s au mercure.
L’extraction de l’or n�cessite d’utiliser de grandes quantit�s de cyanure et de mercure.
Le cyanure et le mercure, utilis�s sans pr�caution pour l’extraction de l’or, contaminent les sols et les nappes phr�atiques pour de nombreuses ann�es.
Le mercure peut conduire au m�thyl-mercure. Ce dernier s'accumule dans les eaux et dans les esp�ces aquatiqes.
Le m�thyl-mercure est capable de provoquer une r�action chimique d�gradant les phospholipides de la membrane plasmique. Il peut ainsi p�n�trer dans la cellule et se fixer sur les mitochondries, et sur des prot�ines cytoplasmiques, dont le fonctionnement est
alors alt�r�. Les cellules nerveuses sont particuli�rement touch�es.
Il en r�sulte des tremblements et des pertes de capacit�s sensorielles, ( perte de coordination entre les cellules musculaires et nerveuses) , des troubles de la m�moire, et des d�ficiences intellectuelles.
Quant au cyanure, les gravats trait�s au cyanure g�n�rent pendant des d�cennies des acides sulfuriques toxiques.



  

menu